Texte de cadrage du colloque Mémoire de la mémoire

Colloque international
Memoria de la memoria / Remembering memory / Mémoire de la mémoire
3, 4 avril 2014, Casa de Velázquez (Madrid)
Framespa, CAS, LLA-Créatis, Université Toulouse II-Le Mirail (France)
Universidad Nacional de Estudios a Distancia (Espagne)

Notre proposition de colloque pour l’année 2014 se décline sous la forme « Colloque international » organisé par un groupe de chercheurs américanistes toulousains, membres des laboratoires FRAMESPA, CAS et LLA-CREATIS, en collaboration avec des collègues
chercheurs de la Universidad Nacional de Estudios a Distancia (UNED). Intitulées Memoria de la memoria / Remembering Memory / Mémoire de la mémoire (3-4 avril 2014), ces trois demi-journées, qui seront adossées au « Seminario sobre la métrica española del siglo XX » dirigé par le Professeur José Domínguez Caparrós, doivent permettre de mieux rendre compte du rôle de la métrique dans le poème, véritable rythme mémoriel de ces productions littéraires si particulières que sont les poèmes longs. Cette mémoire poursuit aussi le but d’une narrativité active, renouvelée, en lien avec les défis d’histoires de groupes et de peuples qui ont souvent résisté à une domination. La rencontre de Madrid doit servir de prologue au colloque organisé avec nos collègues de l’Université de Séville en 2015, Ars memoriae / Ars poetica.

Le colloque sera l’occasion d’étendre la question de la mémoire dans la création poétique à
celle de la mémoire générique. En ce sens, notre projet s’inscrit dans la thématique «Horizons atlantiques des sociétés méditerranéennes » de la Casa de Velázquez. Observer les poétiques contemporaines américaines nous permet de mieux comprendre les genres poétiques sollicités dans ces productions littéraires, qu’ils appartiennent à des traditions amérindiennes ou qu’ils soient importés de traditions européennes acclimatées, transformées, appropriées, ou encore que ces différentes sources se mêlent dans un rapport de tension ou de synthèse, transcendant les frontières nationales et linguistiques. Il peut s’agir de genres formellement rattachés au poème long (épopée), mais aussi de genres plus brefs, qui s’agrègent et s’en trouvent transformés (ode, sonnet, élégie, églogue, parmi d’autres). Il s’agira donc d’établir dans quelle mesure le dialogue entre traditions populaires et savantes de part et d’autre de l’Atlantique n’a cessé de modeler et de transformer ces formes, jusqu’à leur assurer une sorte de nouvelle modernité en ce début de XXIè siècle.

Le projet Memoria de la memoria / Remembering Memory / Mémoire de la mémoire (Madrid 2014) doit nous permettre de revenir à un travail sur les formes et leur élasticité au sein du poème long, dans une tension entre formes poétiques brèves et longues, la prolifération des premières aboutissant parfois aux secondes. Aux côtés de cette tension, très active dans certains poèmes longs, on observera aussi un jeu plus contemporain autour de l’informe (formelessness) et parfois une volonté de dissolution du sens, dans la brisure du vers à l’infini.

Ces formes contemporaines du poème long tentent de capter également les rythmes
organiques de ce qui serait un langage à l’état brut, et en faisant intervenir le corps, nous mènent à réfléchir plus précisément aux liens entre performance, rite et ritualisation des voix (pour quelles dictions ? quelles déclamations ? quels projets ?).

Le temps long de l’histoire retrouverait-il alors une forme longue propice à cette épopée
contemporaine qui n’a cessé de se manifester, dans des corpus encore à exhumer, contredisant bien le silence des anthologies ou l’ostracisme de certaines formes de diffusion, que ce soit sur le continent européen ou américain.

Il s’agit pour nous de réfléchir aux liens entre oralité et écriture, aux formes que prend l’epos lorsqu’il se fige (ou non) dans l’écrit, aussi bien que de comprendre les liens qu’entretient le poème avec l’histoire, comment discours et récits des poètes s’articulent avec ceux des historiens, dans des rapports de complémentarité, de contrepoint ou de contredit. La notion d’« archive » peut-elle avoir un sens pour la poésie ? Il y a là autant de questions qui partent d’approches métriques et rythmiques pour les dépasser et réclamer une approche pluridisciplinaire.

 

Comité d’Organisation

José Domínguez Caparrós (UNED-Madrid)
Nathalie Galland (Université de Bourgogne)
Gaëlle Hourdin (Université de Toulouse)
Clara Martínez Cantón (UNED-Madrid)
Clément Oudart (Université de Toulouse)
Delphien Rumeau (Université de Toulouse)
Modesta Suárez (Université de Toulouse)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.